8 mars – journée internationale des droits de la femme à Noisy c’est aussi possible !

L’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du XXe siècle.

 

La création d’une Journée internationale des femmes est proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrit alors dans une perspective révolutionnaire.

 

La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes.

 

La date est réinvestie avec le regain féministe des années 70 et la Journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, puis en France en 1982. C’est une journée de manifestations à travers le monde, l’occasion de faire un bilan.

 

 

La Journée des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité.

Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.

 

Des avancées sont réelles et nous devons le saluer…

 

émancipationjpg egalité F:H

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais il reste tant encore à parcourir, non pas tant en droit que dans les esprits.

Car c’est là, que la bataille se mène contre les préjugés, par l’éducation et la culture contre l’obscurantisme qui conduit chaque fois à considérer la femme comme un objet déshumanisé qu’il conviendrait de maitriser, de soumettre, de punir pour certains autres.

Je salue ici l’engagement des bénévoles et volontaires de la fédération Léo Lagrange, qui toute l’année proposent des interventions sur la déconstruction et la lutte contre les stéréotypes.

Enfin, plusieurs sites et centres de ressources proposent des actions concrètes pour avancer dans cette bataille culturelle pour l’égalité. Cela passe notamment par l’identification de livres pour les plus jeunes dont le héros est une femme, mais aussi par des mesures et actions éducatives dès la petite enfance.

 

Les références sont ici, et pourrait peut-être inspirer le Maire de Noisy-le-Sec e lui permettre de sortir des vues et actions paternalistes et renforçant les préjugés sur les femmes. Il pourrait avoir l’ambition de proposer pour l’année prochaine autre chose que des actions consacrées à la “beauté des femmes” ou encore, comme il le dénomme lui même dans ses orientations budgétaires, une “journée de prévention”.