Ascenseur : il est temps de passer à l’action.

Durant tout l’été, les habitants de la Cité des Fleurs à Noisy-le-Sec ont subi des pannes d’ascenseurs tout l’été et encore quelques cages d’escalier sont privés d’ascenseur jusqu’à la mi-septembre. De nombreux articles de presse s’en sont fait l’écho.

Plus de deux mois de panne ont entrainés l’incompréhension et la détresse de nombreux locataires, notamment les plus fragiles physiquement qui ont dû vivre cloîtré et isolé pendant de trop nombreuses semaines.

Ces dysfonctionnements à répétition ne peuvent plus durer. La ville peut et doit agir et se saisir du sujet. 

C’est dans ce contexte d’urgence j’ai souri au Conseil un voeu qui a proposé de passer à l’action. Ce voeux précisait :

  • précise avant tout que les nuisances et les conditions de vie dégradées que connaissent des Noiséennes et Noiséens face aux pannes récurrentes des ascenseurs, tout bailleur confondu, ne sont pas une fatalité.
  • rappelle aussi que la concentration du secteur des entreprises d’ascenseurs, ne permet pas toujours de faire jouer les clauses de concurrence et de faire face à la demande. 
  • affirme surtout que la ville de Noisy le Sec se doit de proposer des conditions d’habitation sécures et dignes aux locataires Noiséens. 

Que propose ce vœu ?

Avant tout de mobilier les expériences positives dans la Métropole du Grand Paris, notamment via le monde associatif qui ont permis d’apporter des solutions, soit par une optimisation des matériels, soit en apportant des réponses en matière de « mobilité verticale » quand un problème survient. 

Concrètement à Noisy, il propose que :

  • Le Conseil municipal crée une mission d’information afin de dresser un diagnostic complet sur la mise en œuvre, par les bailleurs présents sur la ville, d’une action déterminée en matière de rénovation des ascenseurs. 
  • Cette mission pourra auditionner les bailleurs publics et privés, les locataires, les amicales de locataires.
  •  Elle rendra pour décembre un rapport et des préconisations au Conseil municipal permettant de l’adoption d’un plan d’action volontariste auprès des bailleurs afin d’offrir aux locataires des conditions de vie respectueuse.

Ces démarches, déjà expérimentées à Paris, ont contribué à améliorer les conditions de vie des locataires.

Ce voeu a été amendé par la majorité municipale qui a plutôt souhaité confié ce travail à la commission aménagement. L’ensemble de la démarche a été adopté.

Membre de la commission aménagement, je reste vigilante sur ce sujet.