Comprendre la COP 21 – où conférence des parties…

Quelques points de repères : logocop21-ppal_reduit

Le réchauffement climatique est un enjeu planétaire. Les Premières prévisions d’un réchauffement planétaire datent de 1967. Elles sont réalisées par deux scientifiques prévoient le doublement de la concentration de CO2 d’ici le début du XXIème siècle et une élévation de la température moyenne de 2,5 degrés.
 

C’est en 1979 se tient la Première Conférence sur le Climat. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat est créé en 1988. Il publie son premier rapport en 1990. Le rapport dresse le bilan des connaissances scientifiques sur les changements climatiques et leurs possibles répercussions sur l’environnement, l’économie, la société. Ce rapport a servi de base scientifique à la Convention-cadre sur le climat (Rio, 1992).

Le-rechauffement-climatique-dans-le-monde-projection-2050-2100_large_carte

 

C’est en 1992, est organisé le Sommet de la Terre à Rio. Les négociations sont ouvertes. 

 

La 1ère conférence des Parties à la Convention sur le climat (COP 1)  s’est tenu en 1995 à Berlin
Adoption du principe des quotas d’émissions de gaz à effet de serre.

Alors, les négociations ont débuté pour renforcer la réponse aux changements climatiques et deux ans plus tard, le Protocole de Kyoto fut adopté. Il contient des mesures plus fortes (légalement contraignantes) pour les pays développés. La première période de contrainte a commencé en 2008 et s’est terminée en 2012.

 

Dans les négociations en cours, on compte 195 parties, c’est-à-dire 195 gouvernements… La Conférence des parties (COP),  constitue l’organe suprême de la Convention. Elle se réunit chaque année lors de conférences mondiales où sont prises des décisions pour respecter les objectifs de lutte contre les changements climatiques. Les décisions sont prises à l’unanimité ou par consensus.

La COP, qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, sera la 21e d’où le nom de « COP21 ». 

 

 

Quels sont les enjeux de la COP 21 ?

Il s’agit d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’impulser/d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone.

Pour cela, le futur accord devra traiter, de façon équilibrée, de

  • l’atténuation – c’est-à-dire des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement global à 2°C ;
  • l’adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants.
  • la construction des outils qui vont permettre de mettre en oeuvre les objectifs et notamment de la mobilisation de 100 milliards de dollars par an par les pays développés, de source publique et privée, à partir de 2020.

 

Ces efforts devront prendre en compte les besoins et capacités de chaque pays.

Enfin, l’accord doit entrer en vigueur à partir de 2020 et devra être durable pour permettre une transformation à long terme.

 

 

 

 

Comment cela fonctionne ?

Chaque pays doit publier une contribution présentant ses efforts nationaux. 

À la veille de la conférence de Paris, le secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies rendra publique une synthèse de ces contributions, ce qui permettra de voir l’effet cumulé de tous ces efforts.

 

Enfin, de nombreuses initiatives sont aujourd’hui développées par une diversité d’acteurs non-gouvernementaux : villes, régions, entreprises, associations…

C’est ce que l’on appelle l’Agenda des solutions, aussi appelé Plan d’action Lima-Paris (PALP). Depuis le sommet de New York de septembre 2014, une dynamique positive de mise en œuvre d’actions concrètes, d’échanges de bonnes pratiques et de transferts de connaissances prend de l’ampleur.

Cet ensemble viendra compléter les engagements des États, porter un message d’opportunités économiques et sociales et ainsi contribuer à renforcer l’ambition de chacun.

 

 

Pour aller plus loin de manière ludique avec le quizz COP ici